Rechercher
  • Sport Avenir Et Santé

Les seniors, les grands oubliés des canaux de communication sportifs ?

Aujourd’hui quand on parle de sport ou plus précisément de fitness, on pense abdominaux, sueur mais surtout jeunesse et plastique de rêve, représentation omniprésente sur les canaux de communications modernes.


Le culte du corps parfait ou de la santé de fer est principalement véhiculé par le biais de la jeunesse, des coach sportifs ou à travers des programmes sportifs sur internet ne s’adressant qu’à une catégorie très spécifique de personne, les 16-40 ans. Période où le corps doit être au milieu de sa forme, où les programmes peuvent être encore génériques sans provoquer trop de désagrément. Ils restent tout de même déconseillés car non adaptés aux profils de chacun.


Sans compter les centaines d’applications de sport promettant un corps parfait en quelques semaines, des abdominaux apparents ou même des fessiers galbés en 20 minutes par jour, avec des publicités toujours plus attirantes mettant en scène des modèles jeunes et fringants. Le culte de la beauté, le culte de la jeunesse sont toujours les principes dominants.



Toutes ces communications faisant rêver notre jeunesse comptent un absent dans leur cible, les seniors !



Alors qu’ils représentent 53% (+ de 50 ans) à pratiquer une activité physique, qu’elle soit régulière tout au long de l’année ou seulement « par moments ». Ils sont même près de 2,2 millions à détenir une licence sportive, ce qui représente 18 % de l’ensemble des licenciés. Parmi leurs activités favorites, citons le vélo, puis la randonnée pédestre et la natation.


Dommage qu’ils ne soient que très peu représentés dans la communication.


Selon l’OMS les bienfaits du sport chez les personnes âgées (+ de 65 ans) sont multiples : plus faible taux de mortalité toutes causes confondues, cardiopathies coronariennes, hypertension artérielle, accidents vasculaires cérébraux, diabète de type 2, cancer du côlon et du sein, amélioration des capacités cardio respiratoires et musculaires, une masse corporelle et une répartition des tissus plus saines ; Sans compter les effets bénéfiques pour le mental.


Les chiffres déclarent que moins d’un senior sur deux pratiquerait régulièrement un sport.

En revanche, nous avons que ces profils nécessitent plus d’investissements théoriques et pratiques, de rigueur et d’attention.


Alors les éducateurs sportifs ne devraient-ils pas plus communiquer auprès des seniors ?