Rechercher
  • Sport Avenir Et Santé

Les Français inactifs pendant le confinement, vraiment ?

Mis à jour : juil. 6



A l’heure du déconfinement, la vie reprend peu à peu son cours. Nous nous remettons doucement à sortir avec certainement plus d’entrain qu’avant, et un goût plus prononcé pour les quelques libertés que nous avons dû mettre de côté un moment.


Il est maintenant l’heure du constat sur l’état de santé des Français lié au manque d’activité physique dû au confinement qui a restreint nos déplacements et fermé la plupart des établissements sportifs.


Avant tout, redéfinissons ce qu’est la sédentarité et son ampleur dévastatrice : du latin “sedere” qui veut dire “être assis" elle désigne toute situation demandant peu d'énergie à l'organisme; comme par exemple être assis devant l’ordinateur, regarder la télé, conduire..etc; à ne pas confondre avec l’inactivité complète.


La sédentarité se situe dans le top 10 des causes de décès dans le monde selon l’OMS, et 60 à 85% des personnes vivant dans des pays développés auraient une activité physique insuffisante selon l’ONU. Cela pourrait causer la mort d’environ 2 millions de personnes chaque année.


Alors non la sédentarité ne tue pas directement, mais c’est l’un des facteurs majeurs dans le développement de certaines maladies.


  • En effet, la sédentarité entraîne le surpoids, et le surpoids favorise l’apparition d’un certain nombre de cancers.

  • Mais plus étonnant encore, en avril 2020, plus de 50% des cas COVID hospitalisés en soins intensifs au CHU de Lille avaient un IMC supérieur à 30, donc souffrant d’obésité..


Il est donc évident d’affirmer que l’activité physique améliore l’état de santé de la population :


  • Une personne ayant une activité physique régulière aura 2 fois moins de chances d’être touchée par une maladie cardio-vasculaire qu’une personne ayant un mode de vie sédentaire.

  • Chez la femme, le risque de fracture du col du fémur serait réduit d’au moins 50% en faisant régulièrement de l’exercice.




Pour rappel l’activité physique ne correspond pas uniquement faire du sport, c’est aussi marcher, se déplacer, et effectuer un mouvement corporel qui produit une contraction des muscles...


On comprend donc mieux l’incompréhension de la plupart des adhérents et gérants face à l’annonce de la fermeture des salles de sport.


Malgré les bénéfices du sport-santé, le gouvernement a décidé de laisser les salles fermées plusieurs mois pour protéger la population du COVID 19 et les Français ont dû s'adapter et envisager le sport différemment.


Pendant le confinement, vous n’avez surement pas manqué le nombre incalculable de jogger lorsque vous vous promenez dans les rues désertes de votre ville! (ou bien était-ce vous ?)




En Avril 2020, selon une étude menée par Asic; l’application de running RunKeeper a enregistré une hausse de 407% d'inscription en France et une augmentation de 46% des utilisateurs actifs mensuels par rapport à Avril 2019. 40% des personnes interrogées ont avoué faire plus d’exercices physiques après l'apparition du COVID-19 alors que la plupart des sports n’étaient plus praticables en salles de sport.


Les Français auraient-ils à présent pris conscience de l’importance de l’activité physique ?


Ce qui ressort le plus dans les sondages c’est le sentiment de liberté que procure la course à pied, c’est d’ailleurs l’une des motivations principales qui auraient poussé tous ces Français à augmenter leurs activités physiques quotidiennes.


“Un esprit sain dans un corps sain”, c’est une des leçons que les Français semblent avoir tiré de cette longue période, qui fut aussi dure physiquement que mentalement. Le lien entre le bien-être mental et le bien-être corporel semble se faire plus logiquement et ne suggère que de bonnes choses à venir.


Enfin, avec la réouverture des salles de sport, les Français ont pu briser la sédentarité qui leur était imposée durant le confinement et vont pouvoir continuer leurs efforts en intérieur pour le plus grand plaisir de tous.

Côté santé, le bilan semble plutôt positif : les Français pratiquent de plus en plus de sport et de façon plus variée, à présent ils ne se contentent plus d’une seule et unique pratique. Ils le font tout d’abord pour eux, pour leur corps, et leur santé.


On attend donc dans les mois à venir, une hausse des demandes de coaching personnalisé pour encadrer les pratiques sportives. De quoi redémarrer du bon pied et garder du positif de cette période COVID.







Envie de vous lancer dans le sport-santé ?

Développez vos compétences et devenez coach sport-santé avec la certification AMAP